Ravel et Saint-Saëns avec éclat à Deauville

Le festival de Pâques de Deauville a brillamment clôturé, samedi 8 mai, sa 25e édition. Dans un programme Ravel et Saint-Saëns qu’il a conçu, le pianiste  Bertrand Chamayou avait associé les non moins talentueux Amaury Coeytaux,  au violon, et Victor Julien-Laferrière, au violoncelle, ainsi que le très prometteur Marcel Cara, à la harpe. L’an prochain, le festival fêtera son quart de siècle. Quelques concerts permettront de découvrir l’auditorium des Franciscaines, le nouvel équipement culturel de Deauville aménagé dans un ancien couvent. Mais avant, il y a le prochain Août musical, avec un retour à la normale pour l’accueil du public. On l’espère bien !

Lire la suite Ravel et Saint-Saëns avec éclat à Deauville

L’hommage du Festival de Pâques à Olivier Greif

C’est à un grand rendez-vous qu’invitait samedi 1er mai le festival de Pâques de Deauville, via internet. Cette soirée était dédiée au regretté Yves Pouliquen, disparu en février 2020. Sous l’impulsion du célèbre ophtalmologiste et académicien, la Fondation Singer-Polignac, dont il était le président, est devenue un lieu de résidence parisien pour des jeunes musiciens talentueux. Le programme était aussi un hommage au compositeur Olivier Greif 1950-2000), avec un programme construit autour de deux de ses œuvres et de pièces vocales de Schubert et Mahler. Le baryton Edwin Fardini s’y est révélé magnifique.

Lire la suite L’hommage du Festival de Pâques à Olivier Greif

Festival de Pâques, de l’Espagne à la Russie

 

Le festival de Pâques de Deauville se poursuit en « distanciel ». Le week-end dernier a offert un programme riche avec deux soirées, samedi et dimanche 24 et 25 avril, depuis la salle Elie-de-Brignac. Le premier a notamment mis la harpe et la voix à l’honneur dans des couleurs espagnoles avec des œuvres de Ravel, De Falla et Infante. Le second consacré à la musique russe a sorti de l’ombre le compositeur Mieczyslaw Weinberg et fêté Tchaïkovski. Et toujours des jeunes interprètes enthousiasmants, comme sait les révéler le festival depuis un quart de siècle.

Lire la suite Festival de Pâques, de l’Espagne à la Russie

Place « Net » à Deauville pour le festival de Pâques

2020 aura été une année sans la 24e édition du Festival de Pâques de Deauville, victime d’un virus, dont on ne connaissait pas grand-chose et pas encore ses cousins anglais, sud-africain et brésilien. Un an après, on a appris à s’adapter à la pandémie. La 25e édition du festival deauvillais en témoigne. Faute de pouvoir accueillir du public, c’est elle qui vient à la rencontre des spectateurs, via internet. Samedi 17 avril ouvrait la série de cinq concerts, qui s’étalent jusqu’au 8 mai.

Lire la suite Place « Net » à Deauville pour le festival de Pâques

« Vivian: clicks and pics », en quête de révélateur

A  l’heure de l’image numérique, le compositeur Benjamin Dupé propose un hommage original à la photographe Vivian Maier. « Vivian : clicks and pics », un opéra de chambre (noire), explore l’étrange démarche de cette nurse américaine qui a laissé des milliers de négatifs sans avoir opéré le moindre tirage. Par la voix de la soprano Léa Trommenslager et le piano de Caroline Cren, la musique de Benjamin Dupé sur un texte de Guillaume Poix, interroge le destin insolite d’une œuvre désintéressée devenue un business.

Lire la suite « Vivian: clicks and pics », en quête de révélateur

« Tarquin », mise à nu d’un fantôme

La compagnie La vie brève se singularise par des spectacles originaux où mots et notes de musique s’enchevêtrent subtilement. Avec « Tarquin », elle fait pénétrer dans ces zones troubles où le mal s’accommode de l’esthétique artistique. Bourreau et mélomane ne forment pas nécessairement un oxymore. « Tarquin », en référence au despote, dernier roi de Rome, entraîne dans l’Amérique du Sud, où des Nazis ont trouvé refuge. Sans la nommer, la personnalité du sinistre criminel Josef Mengele plane sur ce spectacle, où le burlesque agit comme une soupape.

Lire la suite « Tarquin », mise à nu d’un fantôme

« Cendrillon », l’important c’est la rose…

La fondation Bru Zane, installée à Venise, a à cœur de faire redécouvrir tout un pan de la musique française du XIXe siècle. Le théâtre de Caen bénéficie de ce travail depuis plusieurs années. Dernière production en date, « Cendrillon » un opéra de Nicolas Isouard, créé en 1810 à l’Opéra-Comique, à Paris, inspiré du célébrissime conte de Charles Perrault. Avec dans la fosse le Concert de la Loge, dirigé par Julien Chauvin, l’œuvre, toute de fraîcheur mise en scène par Marc Paquien, réunit sur scène un quintet convaincant de chanteuses et chanteurs ainsi que deux comédiens irrésistibles.

Photo Cyrille Cauvet. Opéra de Limoges.

Lire la suite « Cendrillon », l’important c’est la rose…

L’adieu à Venise de Goldoni

De Carlo Goldoni (1707-1793), on connaît surtout « Les Rustres » ou « La Villégiature ». Beaucoup moins « Une des dernières soirées de Carnaval » (1762) que sort pertinemment de l’oubli le metteur en scène Clément Hervieu-Léger. La pièce marque une étape fondamentale dans la carrière du dramaturge en rivalité avec le comte Gozzi sur la scène vénitienne. Il se résout à rejoindre Paris, où son théâtre sera, espère-t-il, mieux compris. Son public ne l’a pas suivi, lorsque, abandonnant le style de la Commedia dell’arte, il a orienté le genre de la comédie vers une ligne plus réaliste, plus satirique. « Une des dernières soirées » est comme un adieu en forme de manifeste.

©Brigitte Enguerand

Lire la suite L’adieu à Venise de Goldoni

« Psyché », le s(w)inging London de Locke

Sébastien Daucé et son ensemble Correspondances entraînent avec « Psyché » dans le Londres de Charles II. Après les années austères du républicain Cromwell, l’Angleterre renoue avec la cour avec dans la ligne de mire du souverain en place le modèle de Louis XIV. C’est ainsi que le compositeur Matthew Locke se voit confier la mission de créer le premier opéra anglais. La « Psyché » Lully lui sert d’exemple. Sébastien Daucé s’en empare dans une version de concert, dont il a fallu combler des blancs. Avec ses musiciens et chanteurs, il a présenté au théâtre de Caen une reconstruction convaincante à souhait.

« Psyché », lors de la création au festival Midsummer au château d’Hardelot (Pas-de-Calais). (Photo Sébastien Mahieux).

Lire la suite « Psyché », le s(w)inging London de Locke