Festival de Pâques de Deauville, trio d’excellence

Le temps venté qui a marqué le dernier week-end du festival de Pâques de Deauville a pu connaître quelques équivalences en salle. Plusieurs interprétations n’ont pas manqué de souffle au fil du trio des concerts de clôture. On pense plus particulièrement à celui conduit par Adam Laloum, Mi-Sa Yang et Victor Julien-Lafferrière. Elle aura marqué les esprits de  cette édition 2017…  Retour sur ces trois dernières soirées de ce 21e festival.

Lire la suite Festival de Pâques de Deauville, trio d’excellence

« Phèdre », les feux de l’ « amor »

Un peu plus d’un siècle après l’œuvre de Racine, le compositeur Jean-Baptiste Lemoyne a repris le thème de Phèdre pour en faire une tragédie lyrique sur un livret de François-Benoît Hoffmann. Le violoniste Julien Chauvin et son orchestre Le Concert de la Loge font découvrir cette œuvre oubliée dans une version adaptée pour une formation de chambre. La première a eu lieu au théâtre de Caen. Elle a été chaleureusement accueillie.

Lire la suite « Phèdre », les feux de l’ « amor »

Le clavier bien ajusté de Justin Taylor

Rameau, Bach, Mozart, le concert de samedi du Festival de Pâques de Deauville a conduit l’auditoire dans une atmosphère très XVIIIe siècle. A la veille du premier tour de l’élection présidentielle, cette plongée dans le temps tenait de la parenthèse enchantée, rythmée par les sonorités délicieuses du clavecin ou du pianoforte sous les doigts magiques du franco-américain Justin Taylor. Avec lui une jeune équipe de musiciens, le Taylor Consort,  a fait résonner les cordes des violons, alto et violoncelle.

Lire la suite Le clavier bien ajusté de Justin Taylor

Fauré et Brahms servis par une entente cordiale

Le festival de Pâques de Deauville a retrouvé, dimanche, sa salle fétiche Elie-de-Brignac, et la musique de chambre qui fait sa réputation. Gabriel Fauré et Johannes Brahms étaient à l’honneur pour le concert du soir, avec respectivement le Quintette n°2 pour piano et cordes opus 115 et le Sextuor pour cordes opus 36. Le violoniste Pierre Fouchenneret, à la tête d’une solide équipe, confirme ses qualités de premier de cordée.

Lire la suite Fauré et Brahms servis par une entente cordiale

On n’a pas la berlue, c’est bien du Berlioz !

Démarrage en fanfare de la 21e édition du festival de Pâques de Deauville. Ce n’est pas qu’une formule. L’orchestre d’harmonie Lisieux Pays d’Auge participait samedi au concert d’ouverture de l’ensemble Le Balcon dans une libre adaptation ébouriffante de la « Symphonie fantastique » d’Hector Berlioz. L’auteur de cette transgression, le jeune compositeur Arthur Lavandier, avait en première partie fait montre de ses talents d’arrangeur dans un programme d’airs interprétés par la jolie voix de Julie Fuchs.

Lire la suite On n’a pas la berlue, c’est bien du Berlioz !