« Shazam », tambour battant…

Le spectacle phare de Philippe Decouflé et de sa compagnie DCA, « Shazam » est de retour sur la scène du théâtre de Caen. Pas mal d’eau a coulé sous les ponts depuis la première création, vue il y a une bonne vingtaine d’années. Pas facile de démêler les images du souvenir et les impressions du nouveau vu. La surprise n’est plus au rendez-vous. Mais les yeux neufs se sont manifestement régalé. Et c’est bien ça qui compte.


Philippe Decouflé est tout à la fois l’héritier de Mélies, du mime Marceau, de Robert Hirsch et de Jacques Tati. Son « Shazam » en réunit les références dans une succession de tableaux. Son art de d’illusionniste visuel y excelle avec un sens du cadre, qui s’affirme tout au long du spectacle. Le tout est accompagné par une musique épatante, en direct. Elle puise dans un vaste registre de percussions, d’où émergent les sons pointus d’un sax alto et d’une guitare saturée.

Ils ne sont que quatre dans la fosse et on s’étonne de ce petit nombre quand les musiciens rejoignent sur scène les danseuses et danseurs pour le salut final. Parmi ces interprètes, certains sont de la première création. Les corps un peu vieilli, un peu forci.

Un sympathique pied-de-nez au jeunisme. D’autant, comme il est répété à l’envi en introduction de chaque tableau, « le spectacle n’est pas fini ». Ce comique de répétition est illustré par une prestation cocasse de l’annonceur. La palme revient à une traduction hilarante d’un message exprimé par un langage gestuel agité et peu orthodoxe.. On y rencontre aussi un frère Lumière, du moins supposé tel.

Jeux de miroirs, doubles fantomatiques, danseuse au tutu en forme de parapluie en dentelle, « Shazam » évolue dans la poésie de l’image, où l’étrange rivalise avec l’humour. Ce que l’on retrouve, après une « espagnolade » réunissant l’ensemble des artistes sur scène, dans une vidéo d’archives. On y revoit parmi les acrobates aux numéros impossibles le regretté Christophe Salengro, silhouette interminable et oreilles au vent, l’emblématique compagnon de la compagnie DCA. La boucle est bouclée, même si « le spectacle n’est pas fini ».

______________________________________

« Shazam », au théâtre de Caen, depuis le jeudi 9 décembre et jusqu’au dimanche 19 décembre 2021. À découvrir encore, dans les foyers du théâtre, samedi 18, de 13 h à 17 h, l’exposition « Opticon », pour découvrir comment sont réalisés les effets scéniques basés sur des illusions optiques. Ils s’appuient sur une technologie simple et astucieuse.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *