La communion des sens du Lines Ballet

Compagnie de San Francisco, le Lines Ballet se place dans le peloton de tête de l’art chorégraphique d’aujourd’hui. Héritier de Balanchine et de Forsythe, son directeur artistique Alonzo King associe à la danse néo-classique une inventivité saisissante. Deux de ses récentes créations étaient présentées au théâtre de Caen. « Art of songs » et « Figures of Speech » ont soulevé l’enthousiasme du public.

« Figures of Speech » par le Lines Ballet. Photo Chris Hardy.

D’entrée, ce qui frappe avec le Lines Ballet, c’est la qualité plastique de ses interprètes. Silhouettes fuselées, musculatures affûtées, tenues sobres sinon dépouillées, danseuses et danseurs offrent une gestuelle impeccable de liaisons et d’enchaînements. Portée par la voix enregistrée de la mezzo-soprano israélienne Maya Lahyadi, la musique de Bach se love à des suites d’arabesques, avant une succession de pas de deux.

On mesure à quel point bien des partitions du Cantor _ hors son imposant répertoire sacré _ invitent à la danse. Cela reste vrai d’ailleurs pour nombre d’œuvres baroques, avec leur touche d’allégresse contrastant avec des conditions de vie qu’on ne sait plus imaginer aujourd’hui.

L’exacerbation des sentiments trouve aussi son répondant chorégraphique. Les ballets romantiques y excellent. Bien antérieure, la musique d’Henry Purcell inspire à Alonzo King un autre pas de deux, second volet de cet « Art of Songs ». Le célèbre air de la plainte de Didon, tirée de l’opéra « Didon et Enée » du compositeur anglais,  fait évoluer un couple tout de sensualité retenue. Telle une liane, la danseuse pourrait être l’arrière petite fille de Joséphine Baker, tandis que son partenaire ajoute à l’émotion par la délicatesse de ses accompagnements et de ses portés.

« Art of Songs » (Photo Quinn B Wharton)

Avec « Figures of speech », Alonzo King se fait l’avocat des 7 000 langues au monde menacées d’extinction. Il est des parlers comme des espèces animales ou végétales. Ils ne sont pas à l’abri de disparition. Et ce n’est pas le moindre paradoxe des « progrès » de l’humanité que de porter atteinte à cette richesse.

Sur un échantillon d’idiomes collectés dans des communautés indigènes, le chorégraphe et le poète Bob Holman donnent à entendre ces dialectes par les voix respectives des danseuses et danseurs. Leurs mouvements élégamment aboutis interfèrent avec composition musicale et sons jusqu’à un final magnifique. Sur fond de scène, les interprètes forment une chaîne. Le principe est répété avec, à chaque reprise, des postures et attitudes différentes.

L’effet est étonnant, comme un signal à la diversité. Si la danse peut être un langage universel, ça n’est pas de l’esperanto. Avec Alonzo King, elle fait sens avec le concours des arts sonores et musicaux. Une autre démonstration  en est apportée avec « Sutra », un ballet sur percussions indiennes. Il a suscité le même enthousiasme du public. Voire plus…

__________________________________________________________________________________

« Art Songs » et « Figures Of Speech”, spectacle donné le vendredi  17 mai  2019, au théâtre de Caen ; « Sutra », le dimanche mai 2019, toujours au théâtre de Caen.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *